Comment le kiwi tord le cou aux idées reçues !

Publié le par lanoenoire

DSCN2167Voilà déjà deux mois que nous sillonnons la Nouvelle-Zélande. Première constatation, c'est absolument splendide. Du Nord au sud, d'Est en Ouest, noius avons partout été happés par la beauté sauvage des paysages, l'accueil chaleureux des habitants et, chose tout à fait inattendue en pays anglo-saxon, la qualité de la nourriture ! Lors d'un précédent article, j'évoquai l'écueil des idées reçues... et bien là, j'avoue avoir reçu une sacrée leçon ! pour avoir vécu quelques expériences culinaires hasardeuses en terre anglophone, je m'apprétais à passer un séjour fructueux pour les yeux mais bien fade pour les papilles. Quelle erreur ! Le kiwi est à mi-chemin entre l'anglais bon teint et le français jouisseur. Très anglaise la déco des maisons avec ce don incroyable qu'ont nos voisins d'Albion de réussir avec trois coussins et deux bouts de moquette à faire un intérieur so cocooning. So british également cette décontraction mêlée d'élégance, apanage de l'anglais cultivé. Mais question Bouffe, pas de doute, le kiwi tient du français. C'est de l'ordre de la passion. Presque concurrentiel avec le rugby. C'est peu dire !

Ici, les cuisines regorgent d'épices de toutes provenances, les magazines culinaires font recette (sans mauvais jeu de mots !), les restaurants affichent des cartes à faire pâlir de jalousie toute brasserie parisienne qui se respecte. Quant à la qualité même des produits que l'on peut acheter au super marché, ce n'est pas bon, c'est excellent.

Excellente la viande de boeuf (de l'Aberdeen Angus, pour les connaisseurs) et bien-sûr l'agneau du cru qui partout croît à flanc de montagne. Divin, le café. Oui, le café ! Pour les amateurs de café qui ont connu l'amer exil grand-breton ou américain, le choc est rude. Le café kiwi est, j'ose l'écrire, meilleur que son homologue italien. Le chocolat, avec la qualité de lait que l'on produit ici (Re pour les connaisseurs, du lait de jersiaise) relève de la haute gastronomie.

Les vins rouges et blancs, les fromages à pâte dure ou persillée, les fruits de mer (oui, oui, même des huîtres crues dégustées à même la plage !) et la fameuse glace Hokey Pokey. Quel pied ! Et vous pouvez me croire, je suis une vraie amatrice (en témoigne malheureusement l'ampleur de mon tour de taille !)

DSCN2129.JPGDSCN2169.JPGDSCN2377.JPGDSCN3017

Publié dans Nouvelle-Zélande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

moizan 19/11/2011 09:33

faut pas se gener, avec vue sur mer en +
ici avec le manque de précipitation on va deguster les huitres de bourgogne comme dit Laspales

pascal et valérie

lanoenoire 20/11/2011 04:07



Je viens de découvrir comment répondre aux messages ! On adore lire les vôtres ! Mil mercis !


On pense à nos potes de Bretagne. On est dans le NT d'Australie, là où on s'est rencontrés il y a 20 piges. déjà !!!!!On vient de rentrer d'une semaine avec une famille aborigène. Génial !!!! Je
vais essayer de faire le blog mais entre l'école et le film j'ai pas beaucoup de temps. Biz à tte la famille et aux potes de Talensac.