La découverte de l'Okavango

Publié le par lanoenoire

 

Paris-Londres : 1 heure

Trois heures d’attente

Londres- Johannesbourg : 12 heures

Trois heures d’attente

Johannesbourg-Gaborone : 1 heure

Une heure d’attente

Gaborone- Maun : 1 heure trente

Maun – Shakawe lodge : 5 heures de voiture

Shakawe Lodge – Paradise Island : 2 heures de bateau

 

Une trentaine d’heures d’un voyage plus ou moins inconfortable. Le paradis se mérite. Un paradis tout en camaïeu de vert et bleu, liquide, mouvant, où chaque faux pas, chaque manquement aux règles de sécurité peut conduire direct en enfer, aller simple, aucune issue latérale. Petite marge de sécurité. Mambas noirs, crocodiles du Nil, Hippos à gogo. Visions  furtives, fascinantes, terriblement exotiques. Une île, comme un cadeau pour tout naturaliste curieux. Une eau, celle de l’Okavango river, limpide comme un matin de monde et, rien. Pas touche. Interdiction de tremper les pieds dans l’eau, de quitter le périmètre sécurisé du camps. Interdiction formelle de se promener seul. Paradise Island, le fruit défendu. Alors on rêve, depuis son bateau, le Kubu Queen, comme on rêve devant sa télé. Sauf que l’écran super-sized, technicolor, dolby surround, est tout autour, flottant, bruissant, respirant, odorant.

DSCN1024.JPGDSCN1030.JPG 

Le Kubu Queen, notre House-boat et une partie de l’équipe de tournage sur une petite embarcation mobile. Dotées de moteurs ultra puissants, ces petites barges d’aluminium sillonnent l’Okavango à plus de 50 km/h. Sensations garanties !

DSCN1318.JPG

L’objet de toutes les attentions  : Le crocodile du Nil. Crocodylus niloticus. Un joli bébé de six mois. A cet âge là, c’est mignon.Adulte, il dépassera allègrement la tonne. Les très vieux mâles atteignent les 8 mètres de long.

 

DSCN1047

 

DSCN1048.JPGDSCN1050.JPG

Les empreintes que laissent les hippos durant la nuit, tracent des chemins qui sillonnent l’île. Leurs grognements doux accompagnent nos sommeils nocturnes sans que nous puissions jamais les voir. Vu de près, c’est imposant !

 

DSCN1036Le Kubu Queen est amarré juste à côté du terrier en construction d’un couple de martins-pêcheurs géants. Pas du tout impressionnés par leurs nouveaux voisins imposants et bruyants, ils continuent de mener leur vie trépidante sans se soucier de nous. Quel bonheur ! de les voir aller et venir, s’interpeller d’un arbre à l’autre, plonger pour attraper un poisson, revenir au nid et pelleter un peu pour approfondir le trou…

Publié dans Botswana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

le borgne gaëlle 01/09/2011 21:59


C'est sympa de découvrir vos premières photos et de constater que Myrdhin va bien malgré les premiers contacts avec les crocos (humour de st gonlay)!!!